fbpx

    Portrait d’une GOWeuse: Rencontre avec Meli Mel-Ordre

    Meli est une jeune maman de 33 ans, institutrice dans l’enseignement spécialisé. Depuis février 2020, elle a réalisé son rêve professionnel en devenant « home organiser » autrement dit, coach en désencombrement. Une véritable surprise quand on apprend qu’elle a toujours été une vraie « bordélique ».
    Nous vous proposons de découvrir son parcours d’entrepreneure et le rôle qu’a joué l’accompagnement de GOW dans la réalisation de son projet.

     

    Bonjour Meli, peux-tu nous présenter ton projet ? 

    Bonjour ! Avec Meli-mel’odre, j’aide les mamans dont la maison déborde d’objets à s’alléger du superflu, à éliminer ce qui les encombre pour simplifier leur quotidien, à revenir à l’essentiel, à ce qui compte pour elles. Le tout en leur amenant une réflexion sur une meilleure façon de consommer.

    Je propose des accompagnements à domicile, en visioconférence, des ateliers sur le désencombrement, la déconsommation, le zéro déchet. 
    Ce retour à l’essentiel, pour moi, a éveillé une réflexion sur l’écologie et j’aime partager notre mode de vie (presque) zéro déchet pour montrer que cela n’est pas très compliqué de faire ces efforts.

     

    Peux-tu revenir sur la création de ce projet ? D’où est venue l’idée et comment s’est elle concrétisée ? 


    C’est à la naissance de mon deuxième enfant, il y a 3 ans, que j’ai eu un ras-le-bol. Trop d’objets de puériculture, trop de jouets, trop de vêtements… J’ai donc commencé à lire des livres, regardé des reportages et entrepris de vider ma maison. On s’est séparé d’énormément d’objets et cela m’a simplifié la vie ! Je me sentais tellement mieux, j’avais retrouvé de l’espace, du temps, de l’argent. Les tâches ménagères étaient simplifiées, bref que du positif. 

    J’ai continué à me renseigner sur le sujet, approfondir mes connaissances. Et puis l’envie d’aider les autres à se simplifier le quotidien est apparue.
    J’ai toujours dit que je ne serai pas institutrice à 67ans, que je tenterai autre chose plus tard, sans savoir quoi… 
    En décembre, lors d’une conversation, j’ai découvert qu’aider les gens à désencombrer, ranger, organiser leur maison pouvait être un métier. Et là c’était la révélation : « Waouw, ce qui me passionne pourrait être une chose que je ferais tous les jours ». 15 jours plus tard, une collègue me parle de son mari qui suit une formation de «Home Organiser ». On en discute et je trouve toutes ces coïncidences assez étranges. 

    Finalement l’idée me trotte de plus en plus dans la tête. Mon compagnon m’incite à me lancer et début janvier, un peu comme une bonne résolution, je me décide à le faire. En quelques jours, je me trouve un nom, je monte mon site internet seule, je rédige des articles, je fais faire une sorte de logo et je l’annonce. Je n’en avais pas parlé à mon entourage, ils l’ont appris comme tout le monde sur les réseaux sociaux, j’avais trop peur qu’on essaye de me faire changer d’avis. 



    Quels ont été tes plus gros défis pour te lancer ? 



    Mon plus gros défi a été le confinement. Je me suis lancée début février, en 2020, je commençais à avoir des demandes d’accompagnement à domicile lorsque nous avons été confiné. Autant dire que ça n’a pas aidé. 
    Cela m’a toutefois permis de mieux définir mes projets, mes services. J’en ai profité pour travailler mes réseaux sociaux et me faire connaître. C’est durant le confinement que j’ai été accompagnée pour Geneviève Valvekens.

     

    Qu’est-ce que tu aimes dans ce projet ?



    Pour l’instant, c’est excitant, c’est tout nouveau. ça me passionne et j’apprends encore des nouvelles choses. (je suis quelqu’un qui aime développer de nouvelles compétences)
    Et quand je vois les retours des mamans que j’accompagne, cela me conforte dans l’idée que je fais quelque chose qui les aide vraiment. Elles se sentent mieux chez elles, elles apprécient à nouveau leur maison, l’ambiance est meilleure et puis elles sont tellement fières du travail accompli. 
    C’est franchement génial de pouvoir leur apporter tout ça ! 
    C’est sûrement étrange quand on ne l’a pas vécu, mais désencombrer change la vie !

     

     

     

    A quel moment as-tu décidé de suivre une formation avec GOW ?



    Je ne savais pas si mon activité allait pouvoir se développer, et honnêtement au départ, je voulais juste essayer, en me disant que si ça ne marchait pas, ce n’était pas grave. Mais j’allais quand même mettre tout en œuvre pour faire les choses bien. 
    C’est une amie, Mélanie Antoine qui est écrivaine biographe qui m’a parlé de son accompagnement avec Geneviève Valvekens. Je l’ai donc contactée pour prendre les infos et voir de quelle façon elle allait pouvoir m’aider.

     

    Qu’est-ce que GOW t’a apporté sur le plan professionnel et personnel ? 



    Je n’y connaissais rien en entreprenariat, relation client, communication etc … C’était vraiment l’inconnu pour moi.  Grâce à Geneviève, coach chez GOW, j’ai défini ma clientèle cible, défini mes services, travaillé sur les valeurs de mon activité, cherché à proposer encore plus de choses. Elle m’a emmené vers des réflexions très pertinentes et qui ont vraiment permis de développer mon activité. Et puis des choses plus pratiques, comme définir mes prix, calculer mes frais,etc.

    Geneviève m’a également mise en contact avec beaucoup de personnes avec qui j’ai eu des échanges très riches et cela a permis de créer des collaborations, des nouveaux projets. Notamment avec l’ASBL Slow31 dont je partage les valeurs : Une meilleure consommation du vêtement, posséder moins mais mieux, troquer plutôt que d’acheter neuf …  Et donc avec Slow31, je propose un atelier sur le tri de la garde-robe.

     

    Quel conseil donnerais-tu à un.e jeune entrepreneur.e qui désire se lancer dans cette même aventure ?


    Ne pas hésiter à demander de l’aide, aller voir les personnes qui ont l’expérience, cela fait gagner du temps.
    Partager, collaborer : même si on est « seul », il faut créer des projets avec d’autres personnes pour grandir. 

     

     

    Pour en savoir plus sur Méli Mel’Ordre

     

    2 Comments
    1. Florian

      Un parcours très inspirant, merci pour le partage 🙂
      Juste une petite faute dans l’adresse mail de son blog. Voici la bonne : https://melimelordre.be/

      1. Florence Tornincasa

        Bonjour Florian ! Merci pour ton retour, et bien vu, nous avons corrigé l’adresse du site web 🙂

    Leave a Comment

    *

    code