fbpx

    Portrait d’un GOWeur: Rencontre avec Nicolas, le fondateur de GlinkA, spectacles et concerts en ligne interactifs

    Nicolas, 39 ans et père de 4 enfants, est percussionniste depuis son plus jeune âge. Dès l’âge de 9 ans, il intègre différents groupes de musique en parallèle de sa formation à l’académie de Malmédy. Parfois seul, comme batteur dans des groupes de rock, ou en accompagnant son papa saxophoniste, il découvre le goût pour la musique et les concerts, qui font partie intégrante de sa vie.  Après ses études, Nicolas entame une carrière professionnelle dans différentes fonctions commerciales dans lesquelles il ne s’est jamais pleinement épanouis. Après avoir relayé sa passion au rang de « hobby » pendant 15 ans, il décide de changer de cap en mai 2020 et de créer une activité en relation avec la musique. Début 2021, l’histoire fabuleuse de GlinkA prend vie… Nous avons rencontré Nicolas qui nous présente GlinkA ou comment donner vie aux spectacles et concerts en ligne de manière inédite.

     

    Bonjour Nicolas, peux-tu nous présenter « GlinkA »  ? 

    GlinkA c’est une solution pour redonner la voix aux artistes par l’organisation de spectacles virtuels ET interactifs afin d’aider le secteur culturel belge qui ne peut pas se produire en ce moment. A plus long terme, quand nous sortirons de cette crise sanitaire, ce sera un outil supplémentaire pour accéder à la culture et permettre aux artistes de toucher plus de public. L’objectif est d’amener la salle de spectacle dans le salon de tout un chacun.  GlinkA c’est aussi un mouvement positif autour du #myliveagain. Toute personne qui souhaite témoigner de son soutien envers le secteur culturel peut également le faire, en partageant tout simplement une publication (un souvenir culturel, un souhait,…) sur ses réseaux sociaux derrière le #myliveagain ou aussi en rajoutant le # sur sa photo de profil Facebook !

    Comment est née l’idée de GlinkA ? 

    L’idée de GlinkA était présente dans ma tête dès le mois de mai 2020 mais j’avais encore des doutes sur les capacités du virtuel à faire passer des émotions et de l’énergie au travers des écrans. Ces doutes ont  été levé lors de la participation à un séminaire de développement personnel (Les clés du succès) durant 3 jours de  9h à 23h  en novembre 2020 où nous étions près de 700 participants et au cours duquel toutes  mes  croyances limitantes liées au virtuel sont tombées. Je me suis alors dit mais pourquoi ne pas utiliser les mêmes technologies dans le secteur culturel qui, en plus, en a vraiment besoin. Depuis loirs, je  me suis mis à 200% sur le projet qui à aboutit  à la création de GlinkA.

    Quels ont été les plus gros défis pour te lancer ?

    Trouver les bons partenaires techniques. Mais surtout, et ce n’est pas encore gagné, expliquer le concept aux publics et les convaincre des bienfaits du virtuel grâce à l’interaction que nous offrons. GlinkA propose quelque chose de nouveau, de différent et même si nous répondons à un besoin  (le manque de culture), ce n’est pas simple de changer les habitudes des gens.  

     

     

    Pourquoi as-tu décidé de suivre une formation avec GOW et qu’est-ce que cela t’a apporté ?

    J’ai décidé de suivre une formation GOW au moment où j’ai décidé de créer une activité en relation avec la musique afin de me poser les bonnes questions sur moi-même car je venais d’abandonner un premier projet entrepreneuriale dans un tout autre domaine et je ne voulais pas faire 2x la même erreur. J’ai commencé par le module WHY puis par le module HOW.

    Sur le plan personnel, GOW m’a aidé à mieux me connaître et à  mieux comprendre comment je fonctionne. En tant qu’entrepreneur, cette connaissance de soi est importante mais, je pense, ne s’arrête jamais. Et surtout GOW m’a permis une prise de conscience importante : il ne faut pas s’oublié dans ses projets !

    Sur le plan professionnel, GOW m’a permis de profiter de l’intelligence collective du groupe, de structurer mes idées, de me poser des questions auxquelles je n’aurais pas pensé tout seul et de bénéficier de beaucoup de bienveillance.

     

    Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ta vie d’indépendant ?

    Il est important pour moi d’impacter le monde, à ma manière mais en grand. Avec GlinkA, je suis convaincu que je vais pouvoir recréer du lien entre la culture et le public mais également entre les gens eux-mêmes. La culture permet également de faire passer divers messages au public. Être indépendant, c’est être libre de ses choix et aller là où on souhaite aller.  

     

     

    Pour finir, quel conseil donnerais-tu à un.e jeune entrepreneur.e qui désire se lancer dans l’entrepreneuriat ?

    Avant d’étudier tout projet, apprend à te connaître et définit ce que tu veux apporter au monde. Un projet n’est qu’un outil pour atteindre cet objectif. Il faut passer à l’action avant que tout ne soit parfait. C’est dans l’action qu’on apprend et qu’on avance. Comme le dit Nelson Mandela : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends »

     

    Pour en savoir plus sur GlinkA

    Leave a Comment

    *

    code