fbpx

    Portrait d’une GOWeuse: Rencontre avec Marine, de Ta travel therapie


    Marine est passionnée par le voyage et le développement personnel. Dès son plus jeune âge, elle n’hésite pas à prendre son sac à dos et à partir à l’autre bout du monde. Le voyage est pour elle un acte de transformation et d’apprentissages : on ne sort jamais identique.Sa passion pour l’être humain l’a amenée sur les bancs de l’école, plus précisément dans des études de Psychologie. Ses études ont repoussé à plus tard des projets qui lui tenaient à cœur, celui de continuer à parcourir le monde et à apprendre de celui-ci.

    En Janvier 2021, alors que la crise sanitaire est toujours bien présente en Belgique, Marine décide de partir en Tanzanie pour la première fois malgré de nombreux obstacles. Elle y rencontre Sophie, première guide touristique féminine de Tanzanie et se lie d’une amitié avec elle. Elle me confie : « J’ai vu cet audace en elle, et je me suis reconnue ».

    En Septembre d’après, de moins en moins persuadée qu’elle est à la bonne place à l’Université, elle décide de partir une seconde fois en Tanzanie et un déclic s’y fait : elle y retournera car « elle a des choses à y faire ». « Dans notre société, on se concentre toujours sur les choses que l’on ne peut pas changer, on se déresponsabilise, beaucoup de gens s’empêchent de voyager en pensant que une question d’argent mais c’est avant tout une question de priorités ».

     

     Bonjour Marine, peux-tu nous présenter « Ta travel thérapie » ?

     Le « slogan » de ma Travel Thérapie, c’est partir loin pour aller à la rencontre de soi. C’est un voyage de 10 jours en Tanzanie, mêlant mes deux passions pour le développement personnel et le voyage. Ce voyage n’est pas une retraite car on n’est pas délocalisé de la population, on ne reste pas non plus « entre quatre murs ». Au contraire, on part à la rencontre de la Tanzanie et de ses habitants, on expérimente.

    Les projections que l’on peut faire sur un mode de vie qui n’est pas le nôtre sont intéressantes, elles amènent des réflexions et nous pouvons en ramener quelques-unes à la maison. Lorsque nous sommes en voyage, nous sortons de notre zone de confort, nous sommes loin de nos habitudes et dans l’obligation d’adopter des nouvelles. On réfléchit également sur soi et sur nos valeurs.

     

    Comment t’es venue l’idée de ce projet ?

     En 2019, j’assiste à une retraite à Bali. Le côté « développement personnel » était là mais il me manquait cet aspect « voyage », nous avons très peu vu Bali et ça m’a dérangée. J’ai eu envie de ramener un peu d’humain. Dans le secteur du développement personnel, on oublie souvent d’expérimenter, on reste dans le « je sais ».

    Il y a quelque chose de paradoxal : on veut en savoir de plus en plus sur soi et au final on en sait de moins en moins. Quelque chose qui est dédié à se faire du bien est finalement utilisé comme une fuite supplémentaire. Aussi, on se regarde parfois un peu trop le nombril en oubliant que la rencontre avec l’autre est également une source d’apprentissage.

    Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ta nouvelle vie d’indépendante ?

    Le fait d’être congruente dans ce que j’ai envie d’apporter et ce que je crée. Il y a une liberté particulière qui me correspond beaucoup mieux. C’est aussi une manière de dire « tu peux exister autrement » (sans suivre le schéma traditionnel).

    Qu’est-ce que GOW t’a apporté ?

    J’ai suivi un accompagnement individuel en communication digitale avec Louise. Cela m’a permis de trouver mon identité en tant que professionnelle : qu’est-ce que je désire transmettre à travers ma communication ? Cet accompagnement m’a boostée, mes amis me l’ont fait remarquer : il y a eu un changement, je suis plus régulière et plus alignée.

    Je trouve qu’il est important de se faire accompagner, et même de se faire coacher quand on est coach, ça permet d’avoir du recul, on pense toujours plus dans deux têtes que dans une.

     

    Pour finir, quel conseil donnerais-tu à un.e jeune entrepreneur.e qui désire se lancer dans l’entrepreneuriat ?

    « OSE ». Fais-le pour toi ! Il y aura toujours des sceptiques. Les plus gros succès ont d’abord paru impossibles : les avions, les bateaux,…

    Au final, on apprend que rien n’est impossible.

     

    Pour plus d’infos:

    Leave a Comment

    *

    code